Retour de courrier de l’article sur la vaccination COVID-19

Suite à la lecture de l’article de Christian Kuhn intitulé « Covid-19 et vaccination-petit tour de la question », je souhaiterais en tant que médecin chrétien et député au Grand Conseil vaudois, élargir le tour d’horizon qui nous est proposé.

Les différents arguments proposés dans l’article se basent sur l’éthique individuelle. Il me semble que, au cœur de la pandémie actuelle que nous vivons, nous nous devons, en tant que chrétien, de réfléchir autant au niveau individuel qu’au niveau sociétal. Je ne vais pas aborder ici le thème de la vaccination en général. Il a déjà fait couler beaucoup d’encre et les pro vaccins et les anti-vaccins campent très fortement sur leurs positions. Je voudrais plutôt aborder la dimension de l’éthique sociétale qui me parait importante pour nous, chrétiens. Elle fait écho au deuxième plus grand commandement de notre Seigneur : « tu aimeras ton prochain (éthique sociétale) comme toi-même (éthique individuelle) ».

La vaccination contre le Covid-19 est le fruit d’une intelligence collective assez extraordinaire qui a permis de mettre en place des nouveaux vaccins, issus d’une nouvelle technologie, en un temps record. En fait, cette technologie avait été développée il y a quelques années lors de l’épidémie à Ebola et dans ce sens, elle n’est pas toute nouvelle. La rapidité avec laquelle le développement et la production se sont faites n’est pas non plus un raccourci des phases de sécurité. Il a été décidé de chevaucher les différentes phases tests des vaccins et de commencer à les produire avant la fin de la phase 3 en prenant le risque de perdre toute la production en cas de non-homologation. Et le pari est gagné pour certaines pharmas. D’autres ont dû abandonner la molécule qu’ils avaient choisie.

Devant l’enjeu de se faire vacciner ou de refuser cette vaccination se pose la question de notre responsabilité à l’égard de la société : Quelle est ma responsabilité de chrétien, à l’égard de mon prochain, si je me fais vacciner ou si je refuse la vaccination ?

Protection des plus vulnérables

Le taux de mortalité est beaucoup plus élevé suite à une infection à Covid-19 chez les plus de 65 ans et chez les gens à risque. Même si l’on ne sait pas exactement combien de temps la vaccination nous protégera, il est vraisemblable, au vu des études en cours, que la protection sera supérieure à 10 à 12 mois. Dès lors, si suffisamment de gens se font vacciner, moins de gens mourront du Covid. En acceptant de se faire vacciner, nous protégeons les aînés et les plus vulnérables. C’est même un cadeau que nous pouvons leur faire

Baisse de la transmission du virus

Cela s’est déjà vérifié sur le plan épidémiologique, mais les études en cours semblent arriver à la conclusion : la vaccination permet de diminuer la transmission du virus. Cela représente aussi une protection pour les plus vulnérables. En plus, une baisse de la transmission entraîne une diminution de la reproduction du virus et par là, une baisse du risque d’émergence de nouveaux mutants. Et cela représente un argument très fort en faveur de la vaccination. Nous sommes engagés dans une course contre la montre pour chercher à empêcher la diffusion de ces nouveaux mutants, au moyen de la vaccination. Par la vaccination, nous diminueront le risque d’en voir apparaître de nouveaux.

Diminution des coûts sanitaires 

La vaccination, pour autant qu’un pourcentage suffisant de la population accepte de la vivre (60 à 70%) permettra de soulager notre système de santé. Il y aura moins d’hospitalisations, moins de séjours aux soins intensifs, mois de consultations ambulatoires en lien avec le Covid.

Il sera enfin possible de s’occuper des malades sans Covid qui sont en attente d’une opération élective ou d’un traitement lourd.

Diminution des coûts économiques

Elle permettra aussi la reprise des activités économiques et l’impact de la crise actuelle sera déjà très lourd pour la génération actuelle et la suivante. Nous avons la possibilité de limiter les dégâts économiques en nous faisant vacciner.

Reprise des activités cultuelles, culturelles et sportives

Nos concitoyens en ont marre de la situation de semi-confinement actuel. Ils ont besoin de sortir pour se rendre au restaurant, au cinéma, sur un terrain de sport. Ils ont besoin de rencontrer leur famille, leurs amis. Ils rêvent d’un festival ou d’un culte. Ils aspirent à vivre une cérémonie de mariage entourés de leurs familles et amis ou de pouvoir accompagner un défunt par une cérémonie en étant entourés des leurs et de tous ceux et celles qui voudraient les assister. La vaccination rouvrira les portes à ces diverses activités.

Toutes ces raisons devraient nous inciter à accepter de se faire vacciner, et cela par amour et par respect pour notre prochain.

En ce qui me concerne, je me ferai vacciner sans aucune hésitation et en plus comme un acte d’amour à l’égard de mon prochain.

Blaise Vionnet

Médecin généraliste et tropicaliste FMH

Député Vert’libéral au Grand Conseil 

Membre de la Commission de la santé publique 

Conseiller communal Echallens

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email