Un contrôle d’entrée porterait atteinte à la liberté religieuse

La Confédération voudrait introduire un certificat COVID-19 d’ici l’été – le processus de consultation est en cours. Les églises évangéliques de Suisse rejettent un contrôle d’entrée basé sur un certificat pour vivre un culte. Les cultes sont une expression de notre liberté religieuse de se réunir et ne doivent pas être réglementés par des contrôles d’identité de quelque nature que ce soit. La mesure serait disproportionnée, car les églises évangéliques ont mis en œuvre dès le départ d’autres mesures de protection efficaces. 

Pour le Réseau évangélique suisse (RES), le certificat COVID-19 n’est pas une question centrale de la foi chrétienne. Fondé sur l’argumentation développé par l’organisation faîtière des églises libres alémaniques Freikirchen.ch, il rejette le certificat COVID-19 comme contrôle d’accès aux cultes. Selon la Constitution fédérale, les services religieux tels les cultes doivent être traités différemment des autres rassemblements. La proportionnalité dans la lutte contre les pandémie implique de privilégier les mesures les plus douces pour freiner la contagion.

Engagement en faveur des libertés constitutionnelles
Le RES ne veut pas en arriver au point où on doit refuser l’entrée aux églises à des personnes simplement parce qu’elles ne peuvent pas présenter leur carte d’identité et leur certificat COVID-19. Une telle chose serait totalement étranger à la culture du culte, qui contribue à la solidarité dans notre pays, tant sur le plan individuel que social. En outre, il faut tenir compte que non seulement les patients à risque font partie des groupes vulnérables, mais aussi les personnes qui ne pourraient plus se payer les tests ou les certificats COVID-19 s’ils redevaient payants.

Le culte n’est pas un concert
Depuis l’apparition de la pandémie, les églises évangéliques suisses ont élaboré et mis en œuvre de manière cohérente des mesures de protection efficaces. Elles ne s’opposent pas catégoriquement à un certificat COVID-19. Ce certificat pourrait contribuer par exemple à réduire le risque d’infection lors de grands concerts, mais il serait disproportionné de l’imposer aux cultes où l’effervescence des grands concerts n’a pas lieu. De plus, le RES signale qu’à sa connaissance, seul un cas de cluster léger a démarré durant un culte évangélique en Suisse romande, cluster sont la propagation a rapidement pu être stoppée.

RES / 14.05.2021 

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email