Bilan du projet “Accueil des réfugiés”

Céline Adanledji Léchot, embauchée par le RES entre janvier 2016 et décembre 2018, tire un bilan positif du projet “Accueil des réfugiés”, financé par un crowdfunding et des dons dédiés.

Face à la crise migratoire de 2015, le Réseau évangélique suisse (RES) a souhaité apporter son aide, en prenant comme référence les paroles de Jésus en Matthieu 25 v.35 : «J’étais étranger et vous m’avez accueilli». Au 1er janvier 2016, j’ai donc été engagée à temps partiel afin d’apporter mon aide au projet «familles d’accueil» de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR).

Ce projet avait pour objectif de placer des personnes réfugiées prises en charge par les services sociaux suisses chez des familles suisses, afin de leur offrir un logement et de favoriser leur intégration dans notre pays. Nous avons vu dans ce projet une formidable opportunité de témoignage, tant auprès de la population suisse que des personnes migrantes. Nous avons souhaité d’une part apporter notre aide au projet de manière générale, et d’autre part mobiliser les familles chrétiennes au sein des communautés évangéliques.

En 2017, le projet s’est structuré et s’est étoffé. Je suis alors devenue la référente des familles d’accueil dans le canton de Genève. Dans le cadre de mon engagement, j’ai pu accompagner une quinzaine de familles dans leur processus d’accueil. J’ai également eu des contacts avec une trentaine de familles intéressées par le projet, mais dont l’accueil n’a pas pu se faire, ou pas encore. J’ai également vu l’importance d’un soutien régulier des familles et des personnes migrantes pendant le temps de l’accueil, ainsi que l’importance d’un bon accompagnement lorsque l’accueil se termine pour une raison ou une autre.

L’objectif de l’OSAR était de lancer le projet « familles d’accueil », puis de le remettre aux organismes sociaux des cantons, plus compétents en la matière sur le long terme. En 2018, le projet « famille d’accueil » a pu être transmis à l’Hospice général, dans le canton de Genève. Dès le mois de mai 2018, l’aide du RES n’était donc plus nécessaire. L’OSAR n’a pas manqué de nous remercier pour toute l’aide apportée au projet pendant ces deux ans et demi. En quittant le projet, je suis reconnaissante d’avoir pu remettre des situations positives de belles cohabitations entre les familles d’accueil et les migrants accueillis.

Du côté du RES, nous pouvons dire que les objectifs recherchés ont été atteints, à savoir :

– Apporter notre aide au projet de l’OSAR, le temps qu’il y avait besoin et pendant une période critique de crise migratoire ;
– Se mettre à la disposition des familles chrétiennes, afin de faciliter l’accueil de réfugiés ;
– Entourer et accompagner les familles d’accueil et les réfugiés accueillis dans le canton de Genève, dont j’étais la personne référante.

En plus du projet “Famille d’accueil”, j’ai été mandatée par le RES pour la mise sur pied d’un site Internet (www.aider-les-réfugiés.ch) et pour la rédaction d’un manuel pour les accompagnateurs de réfugiés chrétiens lors de leur processus de demande d’asile en Suisse.  Ce manuel est proposé par le Bureau aux affaires d’intégration et de religion (BIR), lié au RES. (www.bir-each.ch). A noter également que ce manuel est disponible sur demande uniquement, en format numérique.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email