Age des leaders évangéliques: quelle relève?

Les autorités suisses considèrent le vieillissement de la population comme un défi majeur pour ces prochaines années, en raison de la diminution de la part des actifs. En effet, la société suisse va passer progressivement à une situation de 1 actif pour 1 retraité en 2045 alors que nous connaissions une situation avec ratio de 3 actifs pour 1 retraité. Cette baisse de la part de population « active » et le passage à la retraite des « boomers » va inévitablement aussi se faire sentir dans les Eglises et les œuvres évangéliques. C’est dans ce contexte que le RES a mené un sondage auprès des ces Eglises et œuvres membres pour se faire une image de l’âge des leaders évangéliques aujourd’hui.

Le sondage mené par le RES et auquel 99 organisations et Eglises ont répondu, apporte différents enseignements. Tout d’abord, on assiste, sans surprise, à une progression dans la participation des générations au leadership des Eglises et œuvres, avec un pic pour les personnes âgées de 35 à 55 ans. Les 45 – 55 ans sont clairement les plus présents dans tous les postes à responsabilités : par exemple, 45% des directeurs ou pasteurs principaux appartiennent à ce groupe. Bravo à ces générations qui s’engagent !

Dans l’immédiat, pas de départs à la retraite en masse 
Les directeurs / pasteurs principaux âgés de 55 – 65 ans représentent une part de 19,4%. Selon ces chiffres, un pasteur ou un directeur sur 5 partirait à la retraite au cours de ces 10 prochaines années. Une part suffisamment basse pour renouveler ces effectifs ? Si l’on se projette sur 20 ans, le défi devient en tout cas nettement plus important : ce sont en effet 64,5% des top leaders actuels qui auront 65 ans et plus ! Repourvoir tous ces postes sera sans doute un défi. Il est donc crucial d’encourager et de préparer les jeunes dès maintenant à exercer des responsabilités importantes.

Les moins de 35 ans absents ? 
Les jeunes, parlons-en justement. Ce qui attriste peut-être quelque peu dans ces chiffres, c’est la faible implication des moins de 35 ans. Ils ne sont que 5% à exercer dans la direction ou comme pasteur principal. Autrement dit, les jeunes « patrons » sont plutôt l’exception dans le milieu évangélique. Ils ne sont également que 4% dans les comité, anciennat, etc. Et c’est bien dommage ! Car heureusement, cette génération n’est pas complètement absente du tableau, puisque dans 15% des œuvres ou Eglises interrogés, ils sont tout de même la génération la plus représentée parmi les responsables de ministères ! Ils semblent donc prêts à assumer certaines fonctions, mais font rarement partie des top leaders en haut de la pyramide. Au cours des consultations menées par le RES, plusieurs responsables ont fait part de leur difficulté à trouver des jeunes prêts à reprendre leur poste. Cette situation pose question et mérite une réflexion approfondie pour comprendre pourquoi la prise de responsabilités importantes par les moins de 35 ans est un défi.

Les 65+, une ressource sous-utilisée 
En qu’en est-il des retraités ? Etonnamment, alors que cette part de la population est en pleine croissance, ils sont relativement peu nombreux à porter des responsabilités et semblent plutôt « sous-utilisés » actuellement. Dans moins d’un tiers des œuvres et Eglises seulement, les 65 ans et plus font partie des responsables de ministère. Là aussi, une réflexion pour mieux intégrer les aînés dans les postes à responsabilité est peut-être nécessaire.