Coronavirus: implications pour les Eglises

Le Conseil fédéral a déclaré l’état d’urgence et a promulgué une ordonnance interdisant toute réunion publique ou privée dans toute la Suisse jusqu’au 19 avril. Elle a également demandé que les gens restent chez eux si possible et évitent tout contact. Outre des décisions de grande portée pour l’école, le travail et la société au quotidien, cela signifie une fois de plus qu’il faut repenser la vie de l’Eglise. Malgré les défis que cela implique, le Réseau évangélique suisse SEA-RES soutient expressément ces mesures. [Etat au 17.03.2020]

Se passer des services religieux et des petits groupes

En raison des mesures décidées par le Conseil fédéral, les services cultuels ou autres réunions d’Eglises où la congrégation se rassemble physiquement ne sont plus autorisés. Les offices du Vendredi saint et de Pâques ne pourront donc pas non plus avoir lieu dans leur format traditionnel. Il existe une exception pour les funérailles, limitée au cercle de la famille proche. Dans ce cas, les précautions sanitaires doivent être strictement respectées. Le suivi pastoral doit être discuté avec la famille concernée.

Contrairement à ce qui était encore en vigueur à la fin de la semaine dernière, les réunions en petits groupes ne sont plus non plus autorisées. Le SEA-RES recommande donc également de passer à des formats en ligne (Whatsapp, Skype, Zoom, Jitsi, etc.) pour les groupes de maison et les réunions de travail.

Les activités sociales et diaconales restent possibles

Lorsque les Eglises sont actives sur le plan social (par exemple, les centres de conseil), des exceptions à l’interdiction s’appliquent. Pour les événements organisés par des institutions sociales, les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique concernant l’hygiène et la distance sociale doivent également être respectées. Le nombre de personnes présentes doit être limité en conséquence et les rassemblements de personnes doivent être évitées.

L’accompagnement spirituel et le travail pastoral doivent être effectués à distance par téléphone ou par d’autres moyens techniques chaque fois que cela est possible. Les visites personnelles doivent être limitées aux situations impératives (par exemple, décès et autres situations d’urgence). Il s’agit de tenir compte à la fois des enjeux en termes de santé physique, mentale et spirituelle.

Appel à la prière commune

De nombreuses initiatives de prière ont été lancées ces derniers jours. En Italie, un “Dimanche de prière” est proclamé. Un large groupe de chrétiens s’est mis en réseau par le biais de Whatsapp et propose de passer du temps dans la prière tous les soirs à 21 heures. 

Des chaînes de prière sont organisées qui unissent les gens dans l’intercession, même s’ils prient depuis chez eux. Vous pouvez participer à ces chaînes de prière par exemple sur le site Internet de 24-7CH. Après votre inscription, vous recevrez un lien pour le transmettre à vos propres contacts. De cette façon, de nombreuses prières peuvent rapidement se mettre en réseau. Les personnes qui ne disposent pas du savoir-faire et des outils technologiques nécessaires doivent pouvoir intégré par téléphone.

Livestream possibles, sous conditions

Les Livestreams sont un excellent moyen de rester connectés malgré la distance sociale. Toutefois, il convient d’éviter autant que possible de rassembler des personnes lors de la production et de veiller à n’inclure que le nombre de personnes absolument nécessaire et de respecter les recommandations d’hygiène et de distance. La production de culte avec un chœur ou un groupe de louange doit être évitée. En tout état de cause, les instructions des autorités doivent être suivies de manière cohérente.

Le SEA-RES encourage les Eglises et les unions d’Eglises, voir les sections locales et les fédérations cantonales, à se coordonner dans la production de livestream disponibles ou de renvoyer vers les offres d’autres églises. Cela peut renforcer la coopération et l’unité et permet aussi de libérer des ressources pour d’autres tâches importantes.

Adapter les conditions de travail

Pour les Eglises et les œuvres, le télétravail doit être d’usage dans la mesure du possible. En particulier les employés faisant partie des populations vulnérables doivent pouvoir accomplir leurs tâches depuis leur domicile. Si cela n’est pas possible, l’employeur leur accordera un congé avec maintien du salaire. Les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes souffrant des maladies suivantes en particulier sont considérées comme particulièrement à risque : l’hypertension artérielle, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques, les maladies et les thérapies qui affaiblissent le système immunitaire, et le cancer.

Si des Eglises ou des entreprises employant un grand nombre de personnes souhaitent faire une demande de chômage partiel, le Secrétariat d’État à l’économie propose des informations complémentaires sur l’indemnisation du chômage partiel.

Questions juridiques relatives aux associations

Selon l’ordonnance fédérale, les assemblées des associations ou des fondations peuvent être tenues par voie de circulaire (par écrit ou sous forme électronique), même si cela n’était pas prévu auparavant dans les statuts. L’invitation doit être communiquée par écrit ou publiée par voie électronique au moins quatre jours avant la date de Evènement prévu.

Hotline fédérale: 058 463 00 00

> Affiches et autres documents officiels téléchargeables

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email